Avertir le modérateur

10/03/2011

Etape 17 : Ayala ou la maitrise du dosage

Le champagne Ayala fait parti de ces maisons de champagne peu connues du grand public, mais qui ne laissent pas insensibles les amateurs. Car la gamme Ayala a une particularité qu’elle ne partage avec aucune autre grande maison : elle décline chacune de ses cuvée en version dosée et non dosée, un peu à la manière de la maison Francis Boulard et Fille. Installée à Aÿ, aux pieds des coteaux sud du massif de la montagne de Reims, sur un terroir classé Grand Cru, les meilleurs terres de Champagne, des terres sur lesquelles le pinot noir occupe une place prépondérante. Avec un tel ADN, la maison Ayala se devait d’explorer les voies de l’excellence en Champagne, ce qu’elle fait avec talent depuis 1860.


Agrandir le plan

Grâce à un ami, j’ai eu la chance de me voir proposer une visite de la maison et de ses caves, et surtout une très belle dégustation de la quasi totalité de la gamme. Une dégustation qui s’est étirée dans le temps et qui fut accompagné de quelques amuse-bouches pour mon plus grand plaisir.

Nous avons débuté de façon très classique par le Brut Majeur, le BSA de la maison, un assemblage dominé par le pinot noir (45%) et complété par 30% de chardonnay et 25% de pinot meunier. J’ai trouvé cette cuvée agréable, vive et fruitée. Un champagne d’apéritif sans chichi, simple d’accès, sans extravagance, mais aussi sans complexité. La touche de vinosité en fait aussi une cuvée de début de repas à mon avis. Une bonne mise en bouche en somme. N’est-ce pas ce que l’on demande à ce genre de BSA ?

Tout logiquement, c’est le Brut Zéro, la déclinaison sans dosage du Brut Majeur, qui m’a été donnée à déguster ensuite. Même assemblage donc, mais une approche différente. C’est un vin plus floral, plus discret, mais qui paraît aussi légèrement plus complexe. J’ai bien aimé la minéralité qui apparaît en bouche. Les champagnes non dosés sont généralement qualifiés de champagnes de gastronomie, de cuvées faites pour accompagner quelques mets, et c’est bien le cas de ce Brut Zéro Dosage Ayala taillé pour escorter des sushis, des crustacés ou certains fromages.

Nous avons fait l’impasse sur le Blanc de Blancs et le millésime, pour la bonne raison que ce sont les deux seules cuvées à ne pas avoir leur pendant non dosé. Et c’est donc avec la Perle d’Ayala que nous avons poursuivi. Là encore c’est avec une flûte de la version dosée que j’ai commencé. Assemblage largement majoritaire de chardonnay (80%) complété par le pinot noir, la cuvée haut de gamme de la maison est un vin au nez très élégant d’agrumes qui s’ouvre ensuite vers des notes plus gourmandes. La bouche est puissante, complexes, avec toujours cette vivacité. J’ai remarqué quelques notes épicées également, très agréables. Une très belle cuvée, qui surpasse certainement bien des cuvées prestiges d’autres maisons.

Tout de suite après, non sans avoir toutefois pioché dans les petits fours, on nous a servi une flûte de la Perle d’Ayala Nature. Même assemblage dominé par le Chardonnay, mais un nez plus fins, plus porté sur les agrumes et des notes joueuses et acidulées. La bouche est généreuse, complexe, ample, avec en arrière-plan une touche de minéralité. En fin de bouche on apprécie les petites touches épicées. La finale offre une belle persistance. Un grand champagne, à réserver aux amateurs ou à des accords mets-vins audacieux.

Nous avons conclu ce fabuleux moment par le Rosé, tout d’abord dans sa version dosée, comme pour les deux cuvées précédentes. Le Rosé Majeur est une cuvée très gourmande, le nez s’ouvre sur le fruit rouge bien entendu, mais aussi sur la brioche et le miel. En bouche, c’est un rosé élégant, frais, qui n’oublie pas les arômes découverts au nez. Un vin d’apéritif ou de dessert à n’en pas douter. Le Rosé Nature m’a lui aussi fait une belle impression, plus aérien, plus ample et plus complexe que le Rosé Majeur du Champagne Ayala, il s’accordera parfaitement avec une viande blanche. J’ai particulièrement aimé la bouche et la maturité qui se dégage de cette cuvée, avec notamment une touche soyeuse que j’apprécie toujours.

Une très belle matinée qui s’est terminée dans une des belles tables de la région, et une fois n’est pas coutume, je suis reparti dans caisse dans mon coffre !

30/09/2010

Etape 16 : les petites merveilles de Nicolas Maillard

J’ai découvert le Champagne Nicolas Maillart au cours d’une dégustation organisée par une célèbre enseigne de vin. Et ce fut une excellente surprise. Nicolas Maillart a reprise le domaine familial depuis 2003, il représente la 9e génération d’une lignée qui a toujours défendu le terroir et l’élégance.
Agrandir le plan

C’est donc enthousiaste que je me suis rendu à Ecueil pour découvrir l’exploitation du champagne Nicolas Maillart. La rencontre avec le maître des lieux fut enrichissante et pertinente, et il m’expliqua les principes de la maison, la viticulture raisonnée, le recours à des engrais organiques, le choix de travailler essentiellement à la main… Une philosophie qui se retrouve également en cuverie où fûts et cuves se partagent la vedette. La maison possède également une magnifique collection de vins de réserve.

Nous avons entamé la dégustation avec le Brut Platine, un Champagne Brut Premier Cru. C’est la principale cuvée de la maison, une cuvée marquée par le pinot noire (80%) et complétée par le chardonnay. On note la forte présence de vins de réserve (30%) conservés en fût de chêne qui donnent une belle personnalité à ce champagne. C’est un champagne à la robe or intense (cela est dû au Pinot Noir), et aux bulles paresseuses. Le nez est marqué par des notes de fruits croquants (pomme, poire…), et des arômes briochés et fleuri. C’est un champagne à la touche vineuse très agréable.

Nous avons poursuivi avec la cuvée Les Chaillots Gillis, du nom de 2 lieux-dits d’Ecueil, qui se trouvent à flanc de coteaux. C’est là que se trouvent les 3 parcellent et les vieilles vignes qui servent à élaborer cette cuvée rare. Ce Blanc de Blancs est très peu dosé (extra brut) pour mettre en valeur les qualités du terroir. C’est un champagne vinifié sous bois pendant environ 6 mois. Sa robe est intense, surtout pour un champagne blanc de blancs. Au nez, j’ai trouvé Les Chaillots Gillis puissant, avec des notes d’agrumes confits et une touche minérale. La bouche est complexe, pleine de vivacité et de fraicheur, avec une trame crayeuse très intéressante.

Vint ensuite le moment de découvrir Les Francs de Pied, un blanc de noirs unique, pour laquelle les pinots noirs sont élevés uniquement sur sol sableux. C’est une cuvée rare (4000 bouteilles par an) qui se veut proche des Vieilles Vignes Française du Champagne Bollinger. Comme Les Chaillots Gillis, cette cuvée est vinifiée sous bois pendant 6 mois, sans fermentation malo-lactique. Les Francs de Pied est un champagne aux reflets cuivrés, qui attise déjà les regards. Le nez est d’une puissance extraordinaire, avec des arômes caramélisés et de fruits compotés. En arrière-plan, on distingue des notes boisées et fumées qui viennent enrichir encore cette première impression. Mais le meilleur restait à venir avec une bouche dense, intense, tout en restant fraiche. La puissance n’est pas oubliée, bien au contraire, et se prolonge avec élégance sur une belle finale. Un très grand vin !

Nous avons conclu ce moment avec le Brut Rosé Grand Cru, un rosé de saignée intéressant par l’origine de ses raisins (Bouzy) et par l’apport du chardonnay. Ce champagne rosé se pare d’une robe rose intense, tirant presque sur le rouge. Au nez les fruits rouges sont une évidence, avec ce soupçon de légèreté et de finesse que l’on ne retrouve que chez les grands crus. La bouche est vineuse, et très fruité. Ce rosé de saignée ne faillit pas à la réputation de cette méthode. C’est un champagne rosé ample et élégant.

Ce que j'ai offert à ma cave : 6 Les CHaillots Gillis, 6 Brut Rosé Grand Cru, 6 Les Francs de Pieds

12:01 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

20/08/2010

Etape 15 : Cattier, le petit devenu grand

Au cœur de l’été j’ai été rendre visite à la maison Cattier, à Chigny-les-Roses dans la montagne de Reims, où elle possède de nombreux hectares de vignes. La plupart sont classé premier cru sur l’échelle de la Champagne. La maison Cattier n’est pas à proprement parler à classer dans la catégorie des champagnes de vigneron, avec une production de 500 000 bouteilles par an. Mais cette maison a su rester fidèle à ses racines et a préservé l’esprit qui l’habitait quand la maison était moins importante. Cela dit, le champagne Cattier n’a pas oublié de suivre les tendances et de s’intéresser au créneau des champagnes de prestige avec le lancement du champagne Armand de Brignac, en partenariat avec le rappeur Jay-Z.


Agrandir le plan

Cette dégustation a débuté avec le Brut, un assemblage de 75% de pinot et 25% de chardonnay. C’est un champagne au nez floral, avec ensuite une touche d’agrumes. La bouche vive, marquée par des notes de fruits secs et de brioche. C’est un champagne facile, agréable à boire, idéale pour un apéritif ou un cocktail.

Nous sommes ensuite passé à quelque chose de plus élaboré avec le Blanc de Blancs de la maison. Une cuvée fraîche, vive florale, tout en finesse en en légèreté. J’ai beaucoup aimé sa robé, pâle avec de légers reflets verts, ainsi que la touche vanillée en bouche. Une belle cuvée, qui peut accompagner un poisson ou des crustacés, et qui possède un potentiel de vieillissement certain.

Nous avons poursuivi ce agréable moment avec le Brut Rosé, un mariage de 90% de pinot et 10% de Chardonnay, auquel est ajouté 10% de vin rouge de Champagne venant des vieilles vignes de pinot que la maison possède à Chigny. C’est un champagne à la robe soutenue, intense, avec un premier nez de pain grillé, qui file rapidement pour céder sa place à des arômes de petits fruits rouges (cassis ?). Sa bouche est fraîche, vive, avec une trame vineuse et fruitée (de nouveau le cassis et une touche de fraise des bois). La finale est longue, sur le fruit rouge… évidemment. Par son fruité, ce champagne m’a fait penser à la Grande Réserve Rosé de la maison de champagne Gosset. Un champagne de dessert à mon avis car très fruité, même si lors de la dégustation on a évoqué des accords avec une viande blanche ou un fromage persillé.

Ce beau moment s’est conclu par la dégustation de la cuvée phare de la maison : le Clos du Moulin. Cette cuvée de prestige est élaborée à partir de raisins venant… du Clos du Moulin, une parcelle de 2,2 hectares située près de Chigny-les-Roses. L’assemblage de cette cuvée est faite pour moitié de pinot noir et pour moitié de chardonnay. Trois millésimes rentrent dans la composition de cette cuvée qui n’est produite qu’entre 15 et 20 000 bouteilles par an. C’est un champagne à la robé cuivrée superbe. Son nez est très fruité, et après quelques secondes il s’ouvre sur des arômes de petits fruits rouges. Sur le palais, c’est un vin très élégant, plein de finesse, avec des arômes de viennoiserie, et un trame vineuse délicate. Sa finale est étonnamment large et longue. Un vin d’apéritif comme de repas. Superbe !

Ce que j'ai offert à ma cave : 6 Brut, 6 Brut Rosé, 6 Blanc de Blancs, 6 Clos du Moulin.

03/08/2010

Etape 14 : L'élégance de René Geoffroy

C'est sur la rive droite de la Marne qu'il faut se rendre pour rencontrer René Geoffroy et son fils. A Cumières plus précisement, un village dont le terroir est classé Premier Cru, un terroir au côté parfaitement exposé ce qui offre traditionnellement des champagnes matures et fruités. La maison René Geoffroy travaille avec 14 ha de pinots (plus ou moins moitié pinots meuniers, moitié pinots noirs) et 2 ha de chardonnays. Un superbe domaine où la vinosité est reine et où le respect de la vigne est loi.

 

Dans les celliers de la maison, la dégustation a débuté avec le Brut Premier Cru Expression, un champagne agréable et réussi, mais sans histoire. Facile à boire, c'est le champagne parfait pour un mariage ou un évènement. C'est un champagne net, à la bouche fruité et une touche de finesse.

C'est avec le Brut Premier Cru Empreinte que l'on rentre véritable dans les gènes de la maison, dans le domaine qu'elle maîtrise le mieux, la vinification du Pinot. Une science parfaitement appliqué avec cette cuvée. Le Brut Premier Cru Empreinte marie 70% de pinot noir et 20% de chardonnay vinifiés en foudre de chêne. C'est un champagne au nez puissant, et déjà beaucoup sur le fruit. En bouche, l'attaque est fraîche, puis sur le palais, la vinosité, la rondeur et les arômes gourmands (fruits blancs, fruits secs...) s'imposent agréablement.

J'ai eu la joie ensuite de découvrir le Brut Premier Cru Volupté, un vin à l'opposé du précédent, avec 75% de chardonnay. Elevé en fût de chêne et sur lie (à la manière de la cuvée 734 du champagne Jacquesson), c'est un champagne onctueux, gourmand, axé sur la pêche et les fruits des bois. Un superbe champagne de repas.

La dégustation s'est achevée avec le Rosé de Saigné, un rosé élaboration par macération des pinots noirs. C'est un champagne que j'ai beaucoup aimé, avec une robe très intense, un nez massif de fruits rouges et de rose. Sur le palais, la vinoisté est bien là, accompagnée par tous les arômes découvert au nez. Là encore, un champagne de repas (fruits de mer ou dessert).

Ce que j'ai offert à ma cave : 12 Brut Premier Cru Empreinte, 6 Brut premier Cru Volupté, 6 Rosé de Saigné.

00:09 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

05/07/2010

Etape 13 : Tarlant, le Champagne 2.0

Cela fait longtemps que je suis les aventures de Benoît Tarlant, notamment à travers son blog, l’un des plus actifs sur l’univers du Champagne (même si il semble en veille depuis quelques temps). Ce vigneron atypique, bon vivant, connecté et gouailleur dirige avec son père Jean-Mary un domaine de 13 hectares situé essentiellement dans la Vallée de la Marne. Le champagne Tarlant ne produit qu’une grosse centaine de milliers de bouteilles par an, mais qui se développe à grande vitesse et notamment sur le créneau des cuvées de niche. C’est Benoît Tarlant qui m’accueille et me fait faire le tour du propriétaire avant d’attaquer le cœur du sujet : la dégustation.
Agrandir le plan

Bien installé dans le collier, Benoît et moi avons débuté la dégustation par les vins de la Collection Tarlant, et notamment le Zéro, un champagne nature, offrant une belle présence en bouche, une épaisseur et une puissance citronnée intéressante. C’est un vin très droit, qui a été élevé en cuve inox et en fût de chêne, qui impose une présence étonnante. Un très beau vin qui conviendra à mon avis à un apéro entre connaisseurs, les néophytes risquent de le trouver un petit peu sec. Il accompagnera également très bien des fruits de mer.

Nous avons poursuivi avec le Brut Réserve, une cuvée qui s’approche du Zéro par son assemblage, mais qui par son dosage (6g/L) et son vieillissement. C’est un vin plus fruité, plus rond, avec une bouche bien fraîche et un Pinot présent mais pas écrasant. Un classique très réussi.

Benoît a ensuite ouvert une bouteille de La Vigne d’Antan, une cuvée dont il est particulièrement fier, et pour cause elle, récolte très régulièrement de très belles notes (17/20 Revue du Vin de France 2009, 18/20 Guide Gault et Millau…). C’est un vin rare puisque issu de la seule et unique vigne de chardonnay "franc de pied", c’est-à-dire non greffée et datant donc d’avant l’épidémie de phylloxera qui a décimé la Champagne (à l’exception des 2 parcelles de Pinot qui donnent les Vieilles Vignes Françaises de Bollinger). C’est un chardonnay originel, un plongeon dans le temps. La Vigne d’Antan est un champagne très peu dosé (2g/L) avec un nez étonnant de puissance, un nez axé sur les fleurs blanches et la fraîcheur. La bouche est elle franche, pure, avec une belle trame minérale et des arômes briochés presque croquants. C’est un grand champagne, l’un des très beaux que j’ai dégusté.

Nous avons conclu ce moment de grâce avec la cuvée Louis, le champagne hommage de la maison. C’est un champagne vinifié en fûts de chêne neufs à 4 vins, sans fermentation malo-lactique. Un vin de caractère, généreux, puissant, avec un boisé présent et des notes gourmandes de noisette et de miel. La bouche est sur la même ligne, avec une grande onctuosité. Une merveille, un vrai champagne de gastronomie.

Ce que j'ai offert à ma cave : 6 La Vigne d'Antan, 12 Zéro, 6 Brut Réserve, 6 Rosé Zéro.

22:00 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (1)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu