Avertir le modérateur

23/02/2010

Etape 2 : Benoît Lahaye, l’amour du Pinot Noir

Seconde étape de ma route du champagne : Benoît Lahaye, une maison installée à Bouzy, dans la montagne de Reims. Avec un domaine presque exclusivement planté en Pinot Noir (3,8 hectares sur les 4,4 que possède la maison), j’imaginais avant même de les avoir goûté les cuvées que j’allais découvrir. Mais ce n’est pas la seule particularité de cette maison, qui travaille tous ses vins depuis quelques années en culture biologique.


Agrandir le plan

J’avais pris la précaution de prendre rendez-vous pour un visite du domaine avant de faire le voyage depuis Paris. Grand bien m’en a pris, car Benoît Lahaye est l’une des valeurs montantes de la montagne de Reims et nombreux sont les amateurs de bulles qui se présentent au domaine le week-end.

C'est donc avec un Benoît Lahaye totalement dévoué à ma visite que j'ai entamé le tour de la cave du domaine. Après une présentation de l'histoire et de la philosophie de la maison, qui reste encore de taille modeste puisque ne produisant que 38 000 bouteilles par an, nous sommes passé au moment de la dégustation.

Une dégustation entamée avec Brut Grand Cru Essentiel. Un champagne expressif, franc, fruité et rond. Un champagne bien typé Pinot Noir qui convient aussi bien à un apéritif qu'à un repas, pour accompagner un poisson blanc par exemple. Tout de suite après nous avons découvert le Brut Grand Cru Nature, la déclinaison sans dosage du Brut Grand Cru Essentiel. Là c'est un champagne sous un jour différent que l'on retrouve. Plus tendu, plus droit, c'est une cuvée parfaitement réussie, et qui met en exergue la qualité des raisins du terroir Grand Cru des vignes de Benoît Lahaye.

Nous avons poursuivi avec une flûte de Prestige Blanc de Noirs, une cuvée 100% Pinot Noir comme son nom l'indique. Une cuvée pleine de fraîcheur, d'intensité, avec des arômes briochées assez présents, et une belle rondeur. Moi qui aime ces champagnes j'ai été conquis.

Cet agréable moment a duré encore un peu avec le Grand Cru 2004, un millésime qui gagnerai, à mon humble avis, à patienter encore quelques années dans les caves crayeuses de la maison.

Enfin, nous avons conclu avec le Rosé de Macération 2006, un champagne rosé comme je les aime, fruité, on perçoit nettement les notes de cérises griottes et de petits fruits rouge, un champagne puissant, un rosé assumé !

Encore émerveillé par tant de belles cuvées, je suis ensuite allé déjeuner à la brasserie Le Jardin, à Reims, que je ne peux que vous conseiller.

Ce que j'ai offert à ma cave : 12 Grand Cru Nature, 12 Rosé de Macération 2006, 6 Prestige Blanc de Noirs et 6 Grand Cru 2004.

16:37 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : benoit lahaye, champagne, bio

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu